Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

M@arque employeur Vs #MarqueEmployeur

Alors que l’on se croyait débarrassé à tout jamais des générations et des lettres (X, Y ou Z), voilà-t-y-pas qu’un cabinet de conseil en stratégie innovant (mot à la mode compte double !), Bain & Company pour ne pas le citer, nous livre sa dernière étude sur la génération hashtag. Tout un symbole !

Hashtag, histoire de la social media touch(e)

Les hashtag sont partout, sur tous les écrans, les petits et les grands.  Mais ils ont aussi largement franchi les frontières du numérique pour envahir l’herzien, le mégaherzien et même le papier. Sans alcool, la fête est plus folle. Désormais, sans hashtag, une publicité, une émission, un événement voire même une simple conversation, n’est pas très swag. Mais au fait, ce dièse omniprésent, d’où vient-il ?

Les experts (second mot à la mode compte double !) qui ont étudié l’origine de ce symbole sont arrivés à une conclusion désarmante : personne ne sait vraiment où et quand son utilisation a commencé ! Merci bien les experts… Bon, ils ont quand même retracé son histoire plus récente, lié à l’avènement des technologies. Au milieu des années 60, les laboratoires Bell dépêchent des chercheurs aux quatre coins des Etats-Unis pour déterminer les symboles que le public associe aux nouvelles technologies. Et les deux gagnants sont l’astérisque et le dièse qui envahissent alors nos claviers de téléphone !

Si l’astérisque connait une carrière modeste, quelquefois cantonné aux renvois de bas de page des  interminables et minuscules mentions obligatoires du crédit et des assurances ou à une touche permettant enfin d’accéder au call avec les 4 coins du monde à une heure improbable, l’internet a conféré une seconde jeunesse à son voisin d’en face, le #.

Fin des années 80, c’est le développement de l’IRC Internet Relay Chat  (en français, « discussion relayée par Internet ») et le décollage du hashtag qui permet de classer les discussions. Et c’est à Chris Messina, utilisateur de longue date de l'IRC, à qui l’on attribue sa première apparition sur Twitter en 2007 !

A cette époque, il aurait même suggéré à Evan Williams, co-fondateur de Twitter (également fondateur de la plateforme de blog Blogger) d’adopter ce symbole pour classer et indexer les tweets. Evan Williams, qui depuis s’en est allé fonder Medium (un twitter avec plein de caractères), aurait prêté une oreille distraite à cette suggestion. Comme quoi…

Le hashtag s’est depuis affranchi de twitter (et de l’oreille distraite) pour s’imposer comme l’un des symboles majeurs de l’internet et du numérique. Elu mot de l’année 2012 par l'American Dialect Society, le hashtag est entré dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse en mai dernier : la consécration ! Universalis aurait ignoré cette nouvelle entrée avec les conséquences que l’on sait (et que l’on attribue parfois fort injustement à wikipedia ;-) …

Comme à son habitude, la m@rque employeur en quête d’un second souffle ne pouvait longtemps rester insensible à cette déferlante…

La #MarqueEmployeur à coup de hashtag

Dans l’entreprise, les #RH, en quête de digitalisation, se sont aussi emparés du hashtag. Vivent #EAE, #GPEC, #DSN, #SIRH, #VAE ou le nouveau #CPF. Avec un hashtag, ces acronymes parfois abscons prennent une toute autre dimension : ils sont désormais digitalement abscons.  Mais ce sont déjà de jolies catégories à placer sans attendre sur son réseau interne euh, pardon… Son #RCE…Enfin, sa #digitalworkplace, quoi !

En externe, ça a commencé modestement. On parlait #stage et parfois #alternance. Puis, ça s’est propagé en osant #job, #recrutement, voire même #CDI. Alors les candidats se sont mis à envoyer des #CV. Le hashtag #MarqueEmployeur est utilisé régulièrement (mais timidement à en croire le Baromètre RegionsJob/Bringr : conversations "emploi" sur les réseaux sociaux de 2013) avec moins de 500 occurrences contre plus de 56 000 pour son ennemi #chômage .

Le hashtag, domaine réservé des médias sociaux ? Pas vraiment. C’est aux jobboards que l’on doit des opérations comme #RecrutezMoi de Monster, #létéaubureau de Cadremploi ou les #Battledev de Regionsjob.

Et côté entreprise (une agence de communication en fait…) a récemment demandé à ses candidats de lui adresser un #TweetDeMotivation ! Une véritable aubaine pour les fâchés de l’orthographe qui ne devaient plus se concentrer que sur une grosse centaine de caractères pour exprimer leur personnalité, leur créativité, leur connaissance marketing, média et digitale, leur ouverture d’esprit et leur indépendance, leur […]. Stop. En 140 caractères hashtag et liens inclus, svp ! Un bel exercice de créativité plus que de motivation...

Et les Hashtag se sont multipliés. Mais saurez-vous reconnaitre les propriétaires de ces mots-dièses ?

#IdéesReçues  #AreYouReady  #jobtruck2014  #MyCoachingRoom  #sengager  #DCampus  #Brandstorm2015  #laviechezM6 (ça, c’est cadeau…)  #defibouygues_c (et ça c’est facile !)  #AmadeusTravelShaper (re-facile)  #LesMazariens (et re -cadeau)  etc…

S’il est encore un peu tôt (ou déjà tard) pour pronostiquer un succès ou non du hashtag pour la Marque Employeur, c’est indéniablement un succès de communication qui a été adopté par un grand nombre d’acteurs du marché de l’emploi.  Attention toutefois à l’overdose mise en scène dans le dernier spectacle de Florence Foresti : « Y a qu'un hashtag à connaître, c'est hashtagueule ! » 

 

 

 
Tag(s) : #Marque employeur & Communication RH, #marque employeur 2.0, #RH et Médias Sociaux